La vidéo de la performance de Charline Abanades à la Cheminée d’Albi est en ligne !

Aux Couleurs du Monde en partenariat avec La Cheminée d’Albi a le plaisir de vous présenter la vidéo de la performance de Charline Abanades le 1er mai lors de la soirée d’ouverture de l’exposition Pastel-Indigo : regards croisés Occitanie Japon.

L’exposition est ouverte jusqu’au 1er juin à la Cheminée d’Albi, 1 rue Sainte Marie, 

Offrez-vous 7 minutes de pause pour cette danse insolite avec les hommes en bleu.

Plus d’informations sur Charline ici 

Retour en images sur l’accueil de nos hôtes japonais à la Cheminée à Albi

Samedi 18 mai à la Cheminée d’Albi, notre association Aux Couleurs du Monde, dont l’objectif est de créer des ponts culturels entre les patrimoines du monde, a eu l’immense bonheur de voir s’exprimer de manière concrète un lien entre l’Occitanie et le Japon lors de la soirée d’accueil de Dai Fujiwara et Jun Kataoka.

L’exposition de leurs pièces textiles rares et de leurs travaux sur l’indigo du Japon, étroitement mêlée aux Hommes en Bleu du jeune artiste albigeois Nino : un premier pont que nos hôtes japonais comme nous occitans aimerions voir s’épanouir.

 

La double exposition Men In Blue (commissariat La Cheminée) et Bleu, l’Autre couleur du Japon (commissariat Anita Henry) est ouverte du mercredi au dimanche de 14h à 19h jusqu’au 1er juin.
(5 rue Sainte Marie, Albi)

 

Soirée cinéma débat sur le renouveau du pastel à la Scène Nationale d’Albi

SOIREE CINEMA DEBAT  « Le renouveau du pastel », animé par Denise LAMBERT

le 15 MAI à 18h à la Scène Nationale, salle Arcé, place de l’amitié entre les peuples, Albi
(Entrée libre)

  • 18h : FILM Pastel en pays de Cocagne 2018 (15 mn)
    Film tourné par Serge VINCENT dans le Languedoc et le triangle Albi Toulouse Castres et au Château des Plantes chez Bruno et Gilles BERTHOUMIEUX producteurs de Pastel à Cambounet-sur-le-Sor
  • 18h30 : CONFÉRENCE Le pastel et l’Hôtel Reynès Gérard ALQUIER Association Albi Patrimoine
  • 19h30 : FILM Bleu de Pastel 2015 (55 mn)
    Le renouveau du pastel en
    Midi-Pyrénées. Film de Dominique GUERRERO et Clotilde VERRIÈS. Sur le renouveau du pastel en Midi-Pyrénées grâce à la passion de Denise et Henri LAMBERT, avec la participation de D. CARDON et A. VARICHON, spécialistes des teintures naturelles

.. une belle opportunité de rencontrer des spécialistes et de mieux connaître le renouveau du pastel dans notre région.

 


Denise LAMBERT est maître artisan d’art et parfois surnommée la Dame du Bleu Pastel.

En effet, son histoire est intimement liée à celle du pastel ; avec son mari Henri, à Lectoure, elle a été le fer de lance de son renouveau. Le couple a retrouvé les techniques de culture, d’extraction du pigment et de teinture, qu’ils ont généreusement enseigné à beaucoup de ceux qui se sont lancés dans l’aventure aujourd’hui et c’est autour d’eux que s’est construit le retour du pastel dans notre région.

Depuis plusieurs années, Denise Lambert développe avec sa fille sa nouvelle marque « l’atelier des Bleus Pastel d’Occitanie » à Roumens et teint des collections pour des stylistes français, japonais et américains.

Elle dirige des programmes pédagogiques au Lycée professionnel Myriam à Toulouse (CAP des métiers de la Mode) ; C’est justement ce lycée qui a créé en 1999 la nouvelle robe bleue de Notre Dame la Daurade, teinte au pastel par Denise Lambert et exposée par le Fil Bleu à la Chapelle des Carmélites.

Pour plus de détails sur l’Atelier des Bleus Pastel d’Occitanie, rendez-vous sur sa page Facebook https://www.facebook.com/denisesimeonlambert/

Pour en savoir plus sur le lycée Myriam Toulouse, voici sa page Facebook https://www.facebook.com/Lycee-Myriam-Toulouse-276125815877903/

Les Kimonos d’Anita Henry à la Cheminée : regards croisés entre hier et aujourd’hui

EXPOSITION Bleu, l’Autre couleur du Japon, Collection privée kimonos Anita HENRY

Du 1er mai au 1er juin, à la Cheminée, 5 rue Sainte Marie, Albi
du mercredi au dimanche de 14h à 19h, entrée libre

Regards croisés entre hier et aujourd’hui à travers quelques pièces sélectionnées spécialement pour ce lieu unique qu’est la galerie d’art contemporain : La Cheminée. Comme cette veste appelée Noragi, teinte à l’indigo végétal et qui était autrefois destinée aux travaux dans les rizières. Aujourd’hui, on le porte simplement ouverte, associé à un T-shirt blanc, contrastant avec le bleu indigo et rappelant le motif tissé en blanc, sur un jean, donnant une touche décontractée, Street Heritage.
Un style apprécié pour son côté vintage par l’utilisation d’un matériau du passé et assortie à une silhouette urbaine chic.

Regards croisés entre les deux kimonos exposés « en miroir ». Les deux sont en soie, les deux sont bleus, les deux sont teints selon la technique Katazome, méthode japonaise de teinture des tissus à l’ aide d’une pâte de réserve appliquée à travers un pochoir : katagami.

L’un est teint à l’indigo de synthèse. L’autre à la teinture végétale.

 

Pour accompagner les créations contemporaines de l’artiste Nino Spigolon, ces « MEN IN BLEU » taillées dans les planches plus que centenaires, Anita Henry expose deux Haori d’homme aux motifs bien connus :

La grande vague de Kanagawa de Katsushika HOKUSAI et Les auberges de la route de Tokaidô de Utagawa HIROSHIGE.

…encore un dernier regard croisé : la tenue mi-féminin, mi-masculin. Un kimono de femme et un hakama* d’homme…

*Hakama : pantalon large plissé, muni de koshi-ita, une petite planche rigide dans le dos. Il était traditionnellement porté par les nobles du Japon médiéval, et notamment les samouraïs. Il est teint avec un indigo de synthèse. Sa matière, polyester, donne à cette « jupe » une tenue et un tombant souhaité, rappelant la tenue des samouraïs.

 


 

Anita HENRY, diplômée d’INALCO (Institut National des Langues et Civilisations Orientales-Paris), spécialiste du Japon, collectionneuse de kimonos, conférencière et membre correspondant de l’Académie des Arts et Civilisations d’Orient de Toulouse (ATAO)

Pour la contacter : anitahenry8@gmail.com

 

 

Les Lundis Bleus des Archives, un cycle de 4 conférences par des praticiens du Pastel

CONFÉRENCE « Pastel et Indigo tropical, les inséparables. Trois siècles de symbiose », par David SANTANDREU

le lundi 6 mai à 17h30, aux Archives Départementales du Tarn, 1 avenue de la Verrerie, Albi
Entrée libre

 

Accusé à tort d’avoir fait disparaître le pastel, l’indigo tropical a énormément simplifié le travail des teinturiers du XVIème au XIXème siècle. Pourquoi la prohibition de l’indigo n’a-t-elle pas suffit pour l’éliminer des teintureries ? Pour quelle raison est-il toujours présent aujourd’hui dans les ateliers de teinture du sud-ouest de la France ? La mise en œuvre des techniques de teintures ancestrales au XXIème siècle par des experts internationaux nous apporte les réponses. Pastel et indigo sont inséparables.

…tels seront les sujets abordés par David SANTANDREU lundi, de quoi remettre en cause pas mal de nos idées reçues !

David Santandreu , Artisan teinturier grand teint, Pastelier et indigotier, la Main des Sables 


CONFÉRENCE « l’or bleu a-t-il vraiment existé ? Indigo de pastel, procédés et usages » par Patrick BRENAC

le lundi 13 mai à 17h30, aux Archives Départementales du Tarn, 1 avenue de la Verrerie, Albi
Entrée libre

L’Or bleu a-t-il vraiment existé ? Un titre volontairement provocateur pour aborder l’indigo de pastel sous ses différentes formes, les procédés utilisés à travers l’histoire, ses associations avec les autres indigos naturels et ses usages. L’occasion d’apporter quelques précisions ou corrections à certaines idées reçues transmises au fil du temps ; et peut-être, nous l’espérons, de contribuer à retrouver le Fil Bleu du temps.

Patrick Brenac, docteur en substances naturelles (Université Montpellier II) puis post doctorat à Cornell  University (USA), est issu d’une famille de vignerons. Il travaille sur des substances naturelles et leur valorisation depuis 1990 – dont 20 ans sur les couleurs végétales.

Il a créé l’entreprise GREEN‘ING,  société spécialisée dans les ingrédients naturels, les extraits végétaux, les actifs et colorants naturels. Plus d’infos sur Green’Ing ici


CONFÉRENCE « Graines de pastel, remèdes de beauté », par Carole Garcia

le lundi 20 mai à 17h30, aux Archives Départementales du Tarn, 1 avenue de la Verrerie, Albi
Entrée libre

Carole Garcia nous parlera des vertus médicinales des graines de pastel, et en particulier leur apport en cosmétologie :

« Plusieurs années de recherche nous ont permis de révéler les secrets de beauté de cette plante cultivée sur un territoire préservé du Sud-Ouest de la France. Cette plante médicinale ancestrale dévoile une concentration remarquable en Omégas 3, 6 et 9 et apporte à la peau l’essentiel dont elle a besoin pour se sentir bien »… le pastel n’aura plus de secrets pour vous.

Elle abordera aussi la thématique de la création d’entreprise dans l’univers du pastel et de la cosmétologie.

Une conférence dont on sortira … rajeunis !


Carole Garcia, ancienne des laboratoires Pierre Fabre, est la présidente fondatrice de Graine de Pastel, marque de cosmétologie à base de pastel, qu’elle a créé en 2003.
Ici, leur page Facebook 

 


CONFÉRENCE « Le pastel dans les arts » par Didier BOINNARD

le lundi 27 mai à 17h30, aux Archives Départementales du Tarn, 1 avenue de la Verrerie, Albi
Entrée libre

Didier Boinnard nous parlera du renouveau du pastel dans les années 70 à Cordes-sur-Ciel autour de Gilbert Delahaye.

Puis il partagera avec nous les secrets de l’utilisation de l’indigo de pastel dans la fabrication des produits pour les beaux arts (aquarelle, encres, pastels, pigments) et la peinture décorative, selon des  « recettes » très anciennes, artisanales et naturelles… une conférence qui enchantera un large public et plus particulièrement les artistes et amateurs de beaux arts.

Didier BOINNARD, chimiste diplômé de l’université de TOULOUSE,  est actuellement gérant de l’Artisan Pastellier, dont l’atelier se situe à Graulhet et le boutique à Albi.

Leur site internet ici et pour les curieux, une petite vidéo sur l’Artisan Pastellier d’Albi

Les créations et recherches artistiques contemporaines du maître Dai FUJIWARA

EXPOSITION Bleu, l’Autre couleur du Japon, maître Dai FUJIWARA,

Du 1er mai au 1er juin, à la Cheminée, 5 rue Sainte Marie, Albi
du mercredi au dimanche de 14h à 19h, entrée libre

Maître Dai Fugiwara présente à la Cheminée des pièces illustrant ses dernières recherches, où le drone seconde la main de l’homme.

Ce créatif exceptionnel utilise la technologie pour mettre en valeur les couleurs du monde et fusionner tradition et modernité.
Découvrez son travail en visionnant cette courte vidéo  « Color Hunting »….un petit voyage en soi !

Maître Dai FUJIWARA donnera aussi une conférence le 18 mai à 15h aux Archives Départementales du Tarn- Albi, intitulée « Color hunting ou l’art de capturer les couleurs du monde dans le design » … à ne pas manquer !


Créateur et ancien vice-président du Miyake Design Studio, il a développé en collaboration avec Issey MIYAKE le projet A-POC (A Piece Of Cloth) exposé au MoMA (New-York).

Directeur créatif depuis 2015 de l’exposition « Link of Life » pour Seishido à Tokyo.

Professeur à la Tama Art University, chercheur à l’Institut des Sciences Industrielles de l’Université de Tokyo, et professeur invité honoraire de l’école des Beaux-Arts de Kanazawa.

Dai Fugiwara est aussi l’inventeur du concept de « color-hunting » (chasse aux couleurs, voir vidéo plus haut) présenté en 2103 à La Fondation Issey Myake « 21_21 DESIGN SIGHT ».

Il est actuellement directeur créatif de la firme japonaise MUJI.

 

 

le travail exceptionnel de Yael HARNIK, élève de maître Dai FUJIWARA

EXPOSITION Bleu, l’Autre couleur du Japon, Yaël HARNIK

Du 1er mai au 1er juin, à la Cheminée, 5 rue Sainte Marie, Albi
du mercredi au dimanche de 14h à 19h, entrée libre

C’est une véritable plongée dans le bleu, les nuances, le mouvement délicat du tissu, à la laquelle nous convient les oeuvres de Yael HARNIK, présentées par son maître Dai FUJIWARA à la Cheminée.

Cette jeune artiste originaire de Tel Aviv, récemment diplômée de la Tama Art University, sous la direction de Dai Fugiwara, n’a pas fini de nous étonner.

Découvrez  sa dernière exposition, UNFOLDING, en février dernier à la Galery Q, Tokyo.


Yael se présente …

« Je m’appelle Yael Harnik et je suis designer et illustrateur textile à Tel-Aviv, en Israël. Je suis diplômée en design textile du Collège d’Ingénierie et de Design de Shenkar en Israël.
Je m’intéresse à l’art depuis aussi longtemps que je me souvienne.

Textile Design est le choix parfait pour moi, car il combine ma passion pour les couleurs, la peinture, les motifs et la mode.

Je vis dans un monde de motifs où tout est prétexte à l’inspiration – dans la tête d’un chou, la texture du sable, les formes sculptées par le vent ou par une ondulation d’eau…
Je pense que les couleurs et les sentiments vont de pair, et que l’un transmet l’autre, ce qui me permet de mieux comprendre et d’utiliser ces éléments dans mon travail.
Comme Picasso disait « les couleurs, comme les traits, suivent le flux des émotions ». Le large éventail d’utilisations, allant des sculptures et des pièces murales aux vêtements et textiles d’ameublement, fait du design textile un domaine riche et source infinie de défis pour moi. »

Prenez le temps d’un petit tour sur son compte Instagram, superbe.

 

Le maître japonais Jun KATAOKA à la Cheminée

EXPOSITION Bleu, l’Autre couleur du Japon, maître Jun KATAOKA,

Du 1er mai au 1er juin, à la Cheminée, 5 rue Sainte Marie, Albi
du mercredi au dimanche de 14h à 19h, entrée libre

Maître Jun Kataoka présente une sélection variée de pièces montrant l’utilisation de l’indigo au Japon.

Il donnera également une conférence le 17 mai à 17h30 aux Archives Départementales du Tarn, intitulée « Aizome l’indigo du Japon, rituels vivants ».

… une chance extraordinaire de découvrir ces pièces uniques et de rencontrer un homme de grande qualité.


Professeur émérite de l’Université des Ryūkyū (Okinawa), professeur à l’Université Tezukayama (Nara), spécialiste des pigments et teintures naturelles.

Jun Kataoka est l’auteur de nombreuses études et conférences au sujet des tissus et vêtements anciens. Son enseignement s’attache, au-delà des aspects techniques, à transmettre des savoirs ancestraux et à les réintroduire dans des pratiques contemporaines.

 

Performance en bleu pour la soirée d’ouverture du Fil Bleu à la Cheminée

Performance Danse avec les hommes en bleu, Charline Abanades,

le 1er mai à 18h à la Cheminée, 5 rue Sainte Marie, Albi

Pour la soirée d’ouverture et le vernissage des expositions, Charline Abanade nous offre une performance unique, autour des personnages en bois créés par Nino.
Vous êtes tous les bienvenus !

Charline Abanades est danseuse, comédienne, chanteuse.

Elle est née en 1993 à Chatenay Malabry (92). Elle commence la danse à l’âge de 5 ans et suit des études de danse classique, contemporaine et urbaine.

En 2015, Charline Abanades participe au Festival des arts martiaux au Palais des Congrès à Paris et joue le rôle de Peter Pan dans une comédie musicale au Théâtre Clavel (Paris).  En 2016, elle joue la comédie dans La dame blanche (avec notamment Arthur Jugnot) au Théâtre du Palais Royal à Paris.

En 2017 et 2018,  elle obtient ses diplômes de professeure de yoga et professeure de danse classique.

En 2018, elle participe en tant que danseuse et membre du collectif Collectif des Rêveurs Immersifs au spectacle IQUE. Le collectif rassemble de jeunes créateurs, artisans, danseur, musiciens.

Pour les curieux, un petit aperçu de sa performance ici , c’est un régal !

« J’aime associer les styles dansés, explorer la synergie entre les diverses disciplines de la danse classique, contemporaine, urbaine ou le yoga… Ce qui m’intéresse, c’est explorer les forces opposées et complémentaires qui se jouent dans la danse comme dans la vraie vie ; la légèreté, le mouvement, la gravitation, la force, la finesse… J’aime aussi jouer avec les éléments ;  la terre, le ciel, l’eau…  La danse est aussi pour moi une manière d’interroger la place du féminin dans cette société et la part du féminin et du masculin en chacun et chacune de nous… »

Yumii Azuki, entre pop japonaise et anime

CONCERT, entre pop japonaise et anime, Yumii Azuki

le 30 mai à 21h à la Cheminée, 5 rue Sainte Marie, Albi

 

Zélie Courtade, alias Yumii Azuki est passionnée depuis l’enfance par l’univers des mangas et la culture japonaise. Elle dessine, notamment des personnages, le plus souvent inspirés d’anime (séries d’animation japonaise). La musique est une autre passion de Yumii Azuki et en particulier le chant. Elle interprète en japonais des chansons issues d’anime japonais connus, s’accompagnant parfois au ukulele.

 


Née en 2001, Yumii Azuki vit à Montauban, elle est étudiante à l’Institut Supérieur Couleur, Image, Design (ISCID).

Venez découvrir ses dessins ici

Sa page Facebook

Ses chansons 

Quelle fille douée et complète, venez l’écouter !

Frédéric Boyer, le paysan des couleurs

ATELIER  de cuisine des Couleurs par Frédéric Boyer

le 11 mai à 14h à la Cheminée, 5 rue Sainte Marie, Albi
durée 2 à 3 heures.
Entrée libre

Frédéric Boyer, « Paysan des Couleurs », installe son atelier de cuisine des couleurs à La Cheminée. Vous pourrez découvrir l’univers des plantes tinctoriales et plus particulièrement celles produisant du bleu.

Il partagera avec vous des recettes « écologiques » et une série d’astuces pour teindre ici en BLEU INDIGO de la laine, du coton…

Cette invitation au voyage associe, combine, crée un dialogue entre nature, culture et couleurs, dans l’idée d’élargir la palette des possibles, en lien avec d’autres couleurs issues du monde végétal et des savoirs populaires.

Invitez-vous à participer à cette atelier pratique de cuisine hors du commun, en compagnie de ce jardiner teinturier.


Pour plus d’information,  Son site ici 

Les kimonos d’Anita Henry : bleu profond et techniques traditionnelles

EXPOSITION de kimonos issus de la collection privée d’Anita Henry dans le cadre de l’exposition Le Fil Bleu des Indigos Naturels

Du 20 avril au 18 mai à l’Hôtel Reynes, Albi

L’exposition des kimonos d’Anita Henry évoque  magnifiquement la beauté cachée derrière la technique et le travail minutieux des fileuses et des teinturières : des heures, des jours, des semaines, des mois de patience, parfois une cinquantaine de bains… pour des pièces uniques.

En voici quelques exemples :

Kimono YUKI TSUMUGI 結城紬 en soie sauvage. Etoffe légère et chaude, douée d’une souplesse et d’une douceur caractéristique, traditionnellement employée pour cette technique de tissage inscrit en 2010 sur la Liste Représentative du Patrimoine Culturel Immatériel de l’Humanité de l’UNESCO.

YUKI TSUMUGI 結城紬, technique de filage, teinture et tissage est transmise de génération en génération dans la Préfecture d’Ibaraki, au Nord de Tokyo.

La production de l’étoffe comporte plusieurs étapes : filage à la main de la bourre de soie, confection à la main d’écheveaux avant teinture du fil pour réaliser des motifs, puis tissage de la soie sur un métier à sangle dorsale, connu sous le nom de jibata 地機. La sangle maintenue autour de la taille du tisserand permet d’ajuster la tension du fil vertical.

Pour tisser le rouleau de 12 m de long et 38 cm de large qui a servi à confectionner, coudre à la main ce kimono à motif, deux mois de tissage ont été nécessaires.

Les techniques traditionnelles du Yuki-tsumugi sont transmises par les membres de l’Association pour la préservation de la technique Yuki-tsumugi, principalement dans les villes de Yuki et Oyama, au nord de Tokyo. Actuellement, environ cent trente artisans utilisent cette technique, dont le nom, Yuki-tsumugi a été adopté en 1602.

Kimono KASURI TSUMUGI 絣 en soie sauvage, tissé avec des fils irréguliers qui forment des « boutons », qui font leur  charme au toucher d’une toile. Technique de tissage est KASURI : ikat avec des fibres teintes spécialement pour créer des motifs et des images qui se caractérisent par une apparence floue ou brossée.

Les fils de trame et de chaîne sont teints dans des motifs spécifiques. Avant la teinture, des sections des fils de chaîne et de trame sont étroitement enveloppées avec du fil pour les protéger du colorant.

Lorsqu’elles sont tissées ensemble, les zones non teintées s’entrelacent pour former des motifs. De nombreuses variations de Kasuri sont possibles.

Sur ce kimono les motifs de grues, pins millénaires et tortues sont tissés selon une disposition géométrique. La grue et la tortue, ensemble, symbolisent la longévité, la protection et la sincérité des sentiments. Le pin est le symbole d’immortalité, synonyme de force et puissance, il résiste aux vents et tempêtes de la vie…

Kimono OSHIMA TSUMUGI 大島紬 en soie tissée avec fils pré-teints, aussi bien pour la chaîne que pour la trame. La couleur est raffinée, le tissu est doux et difficile à froisser.

Amami Oshima tsumugi est la pongée (1) de soie haut de gamme qui symbolise l’histoire, la fierté et la culture ancestrale vieille de 1300 ans.

Le bois de Sharinbai, appelé également Techikiテーチ 木(車輪梅の木Rhaphiolepis umbellata) découpé en petits morceaux, est plongé dans de gros chaudrons portés à ébullition. Les fils de soie sont alors trempés dans le mélange refroidi, puis séchés au soleil. Ce procédé est répété 15 à 20 fois. La couleur rouge sombre ainsi obtenue, évolue ensuite vers des gris ou des bleus sombres par l’immersion des fils dans différents types de boues prélevées sur les berges d’une rizière. Ces eaux boueuses, par leur forte concentration en fer, permettent de teinter mais aussi de fixer la couleur sur la soie. La teinte indigo est, elle, obtenue grâce aux feuilles de Persicaria tinctoria.

L’atelier Oshima Tsumugi sur l’île Amami-Oshima reste fidèle à cette technique traditionnelle importée de Chine sur l’île d’Okinawa, puis sur les îles Amami à partir du 8e siècle.

Autrefois ces tissus de soie étaient réservés à l’entourage et à la famille du roi de l’archipel des îles du Sud, dont Okinawa et Oshima, puis par la suite aux membres des gouvernements féodaux successifs. Les habitants n’étaient pas autorisés à les porter, ils ne les utilisaient que pour s’acquitter de taxes dues à leurs maîtres. Ce n’est qu’à compter de l’ère Meiji à la fin du 19e siècle que ces créations artisanales recherchées deviennent des marchandises accessible à travers tout le Japon et reste éternelle admiration de toutes les femmes japonaise pour sa brillance, son toucher et ses froissements sur la peau.

(1) Tissu léger constitué d’un mélange de laine et de bourre de soie, utilisé pour l’ameublement et l’industrie vestimentaire.

Ceinture de Kimono « Obi » longue de 4.6 m en soie sauvage. Le motif représente le village Shirakawa-gô 白川郷, inscrit au patrimoine mondial de l’humanité depuis 1995 et constitué de maisons typiques de style architectural appelé gasshō-zukuri (合掌造り, litt. « construction aux paumes des mains jointes ») . Les Kakis, fruits de plaqueminier se détachent sur le fond indigo. On devine les toits de chaumes et les branches de pins alourdis sous le poids de la neige de cette région aux hivers froids…

Ceinture de Kimono « Obi » en coton, longue de 3.60 m.

Technique de broderie Sashiko 刺し子, utilisée pour réparer ou renforcer de façon esthétique les vêtements usés.

SHIZEN TO – Intérieur(s), récital de flûte(s) et de conte(s) du Japon

« SHIZEN TO – Intérieur(s) », Eva HAHN, récital de flûte(s) et de conte(s) du Japon

le 5 mai à  16h, à la Cheminée, 5 rue Sainte Marie- Albi

Entrée libre, Tout public à partir de 6 ans

La musique
Le répertoire du Shakuhachi comprend de la musique traditionnelle, de la musique classique, de la musique de chambre ainsi que des compositions modernes et contemporaines.
Un volet particulièrement riche est celui de la musique sacrée du style Honkyokou.
Les oeuvres – mêmes anciennes – alignent de subtiles variations à des accents fulgurants. Pour l’oreille occidentale, elles peuvent sonner
étonnamment « contemporain ».

Les instruments
Le shakuhachi est une flûte droite en bambou à embouchure libre.
Le terme shakuhachi signifie « un pied et huit dixièmes » ; il désigne à la fois sa longueur (environ 55 cms) et sa tonalité (RÉ).
Cependant, il existe des flûtes plus ou moins longues.
Dans ce récital seront joués le shakuhachi et une flûte de taille au dessus, en LA, le Nichhaku sanan.

Le conte
Le conte japonais est fortement influencé par le shintô et le bouddhisme.
Il implique des personnages dans des situations bizarres ou humoristiques face à des êtres surnaturels variés. Par sa sagesse et ses énigmes, autant que par l’espièglerie et l’absurde, le conte Japonais transporte dans des mondes oniriques et fait naître des émotions profondes.


Éva HAHN
Musicienne et conteuse.
Formation classique à Vienne (Autriche). Études traditionnelles de flûte shakuhachi auprès de Franck NOËL (France).
Sa pratique du shakuhachi englobe le répertoire japonais, des compositions originales et des oeuvres instantanées.
Dans sa rencontre avec d’autres disciplines artistiques, Éva HAHN développe le jeu des flûtes et de la voix comme élément poétique destiné à l’art vivant.

Son site ici et sa page Facebook

In Heaven’s river, des haikus mis en musique

CONCERT IN HEAVEN’S RIVER, Judith CHARRON (Soprano) et Benjamin KAHN (Piano)

le 26 MAI à 17h, à la Cheminée, Albi

le 29 MAI à 20hsoirée de clôture du Fil Bleu à la Chapelle des Carmélites, Toulouse, Entrée 15 €- Réservation sur WEEZEVENT
(possibilité d’acheter des billets sur place le jour du concert, dans la limite des places disponibles)

Judith Charron & Benjamin Kahn, deux artistes émergeants résidant à Londres interprèteront la musique de leur dernier album « In Heaven’s river ». Judith et Benjamin se sont rencontrés il y a quatre ans à Londres au détour d’un piano de la gare de Saint-Pancras à Londres et ensemble ils ont composé un cycle de mélodies sur des poèmes japonais du XVIème siècle écrit par un moine Zen Enku.

Porteuse de plusieurs influences musicales, cette musique a été notamment décrite comme une œuvre « qui apaise et parle d’émotions avec pureté ». Depuis la sortie de l’album en 2017, Judith et Benjamin ont plaisir à la donner en concert régulièrement en France et en Angleterre. Et « In Heaven’s river » a été interprété à l’Opéra National du Rhin par la chanteuse Pumeza Matschikiza en mars dernier.

Un petit extrait du concert ici, superbe !

In Heaven’s river sera aussi accompagné de mélodies traditionnelles japonaises arrangées par Judith et Benjamin, des mélodies françaises, allemandes, pour un moment d’harmonie et d’émotions.


Judith Charron est soprano lyrique et compositrice. Artiste éclectique, après des études au Conservatoire de Paris, elle chante sous la direction de chefs tels que Laurence Equilbey, Pierre Boulez ou Jean-Claude Malgloire. Elle chante dans de nombreux opéras et oratorios en soliste. Elle vient de chanter le Requiem de Mozart à la Seine Musicale à Paris et le Messie de Haendel à l’Opéra Comique de Paris. En tant que compositrice, elle collabore entre autre avec Guy Chambers (directeur artistique de Robbie Williams).

Plus de détails sur Judith CHARRON ici et sa page facebook

 

Benjamin Kahn est pianiste compositeur. Après ses études dans les conservatoires Clermont Ferrand, Tours et Nantes, Il est désormais pianiste résident à l’hôtel Café Royal de Londres ainsi qu’au Royal Ballet. Son premier album “Stories” est sorti en 2016. Il a aussi signé la musique de la publicité des parfums Angel de Thierry Mugler. Depuis 2017, il est impliqué dans de nombreux projets cinématographiques à Los Angeles et prépare la sortie de son troisième album.

La page facebook de Benjamin KAHN

Men in Blue par Nino, jeune artiste albigeois

EXPOSITION MEN IN BLUE

Du 1er MAI  au 1er JUIN 2019, à La Cheminée, 5 rue Sainte Marie, Albi
Ouverture du mercredi au dimanche de 14h à 19h

Nino Spigolon dessine des hommes « stylés », habillés de vêtements aux motifs colorés et aux formes souvent étranges. Des hommes dont les postures évoquent la danse, le mouvement, ou les poses de mode. Il a ainsi réalisé des centaines de « portraits » d’hommes, entre stylisme et BD.

Nino s’est lancé un défi pour l’exposition MEN IN BLUE qui aura lieu à La Cheminée du 1er mai au 1er juin : reproduire ses personnages grandeur nature, taillés dans l’ancien plancher de La Cheminée, puis peints dans des tons bleus, évocation du pastel d’Occitanie et de l’indigo du Japon. Une manière pour Nino d’offrir une nouvelle vie à ces planches plus que centenaires qui deviennent la matière première de ses personnages résolument contemporains.

 


Nino est né en 1999, il vit à Albi, il a participé en juillet dernier à l’exposition collective EXPO DADO qui réunissait cinq jeunes artistes tarnais.

La cérémonie du thé, un rituel ancestral empreint de philosophie zen

CÉRÉMONIE DU THÉ Dominique KAWANO
participation 5 euros, nombre de participant limité à 18

le 10 MAI à 16h à la Chapelle des Carmélites, Toulouse , inscription par mail sur  info@auxcouleursdumonde.fr

le 24 MAI à 16h à la La Cheminée, Albi, inscription au 06 03 96 19 07 ou sur info@lachemineealbi.com

La cérémonie du thé est pour le pratiquant un véritable moment de sérénité, en dehors du temps, où chaque chose, chaque geste nous ramène vers l’essentiel. Une pause salutaire dans nos vie trépidantes…


Dominique Kawano, pratiquante et enseignante du thé, formée par les Maîtres de l’École Sôhen Ryu Yohôan, nous l’offre avec une belle générosité.

Arrivée pour la première fois au Japon en novembre 1987 dans le cadre d’un programme d’études international, elle a été très rapidement séduite par le pays et ses habitants et y a habité pendant 15 ans. Au bout de 10 ans de vie au Japon, elle est comme envoûtée par tant de richesse culturelle et a envie de se fondre davantage dans cette culture, de côtoyer au plus près les secrets de l’esthétique japonaise, si dépouillée et si riche à la fois, de communier avec ce Japon ancien qui se livre parfois au détour d’une rue … Et c’est à ce moment-là de sa vie japonaise, qu’elle a rencontré le Thé.

La cérémonie du Thé s’est présentée à elle comme étant la meilleure façon de vivre toutes les choses qui l’interpellaient au Japon : Culte ancestral de l’esthétisme wabi-sabi, art des fleurs, voie de l’encens, calligraphie, respect de la nature, harmonie homme-nature.

Sur son site www.pavillon-des-nuages.fr , elle raconte en détails son parcours, passionnant ; laissez-vous transporter !

 

Les Ateliers de Yoko Amiel

A la Chapelle des Carmélites, Toulouse

le jeudi 25 AVRIL 14h30-15h30 : Atelier FUROSHIKI,
(entrée libre)

le vendredi 10 MAI de 14h à 15h : Atelier HAÏKU EN CALLIGRAPHIE JAPONAISE (nombre de places limité à 12 personnes, inscription par mail sur info@auxcouleursdumonde.fr)

Entrée 10 € chaque atelier

Le furoshiki est une technique japonaise traditionnelle d’emballage en tissu utilisée pour transporter des objets et faire des sacs.

Yoko vous en enseignera les secrets …

Pour l’atelier, apporter un livre de poche et une bouteille du vin vide.

 

 

 

Le Haiku est un poème court traditionnel japonais très populaire, Yoko vous en expliquera la richesse et la beauté et vous fera découvrir la calligraphiejaponaise , le Kana ancien, utilisée pour écrire le Haiku.

 

 

 


Yoko Amiel, Artiste Japonaise  Sumi-é,  Hai-ga, calligraphie Kanji et calligraphie japonaise Kana, Haiku en calligraphie, photographie, inspirée la nature et l’esprit Zen. Elle est diplômée de Visual Communication Design aux Beaux-arts de Tokyo.

Pour plus d’informations, allez voir son site ici !

 

Le fil bleu des indigos naturels

EXPOSITION LE FIL BLEU DES INDIGOS NATURELS

DU  20 AVRIL au 18 MAI 2019 à l’Hôtel Reynes, Albi
Ouverture du Mardi au Samedi de 10h à 12h et de 14h à 18h30

L’exposition présente les plantes à indigo, Isatis tinctoria, le pastel des teinturiers, Indigofera tinctoria, l’indigotier d’Inde, Polygonum tinctorium, la renouée des teinturiers dite aussi persicairepour les plus connues.

Panneaux explicatifs  et créations textiles permettent de pénétrer leur univers, leurs caractéristiques botaniques et leur zone de culture dans le monde puis les différentes méthodes d’extraction du pigment à partir des feuilles.

L’exposition aborde l’utilisation de l’indigo naturel dans les pratiques vestimentaires, la nouvelle hiérarchie des couleurs au XII° siècle, jusqu’à la mode du blue-jeans.

Toutes les nuances du bleu sont déclinées par les mots, entre bleu-rêve et bleus à l’âme, du kachi-iro au mizu-iro.

L’exposition signifie enfin le retour de l’indigo naturel sur la scène artistique, artisanale et économique depuis une trentaine d’années, tant en Occitanie qu’au Japon.

L’exposition relate aussi les récentes expérimentions internationales de reproduction de la gamme des bleus d’Antoine Janot (teinturier languedocien du XVIII° siècle) avec des plantes à indigo du monde entier et selon différents procédés de cuve. Expérimentations menées en France par Dominique CARDON, Iris BREMAUD, Aboukar FOFANA et David SANTANDREU, au Japon par  Hisako SUMI et au Canada par Charlotte KWON et Tim Mc LAUGHLIN.

L’association Albi Couleurs, partenaire du Fil Bleu dans le cadre de l’exposition à l’Hôtel Reynes

La thématique de la couleur est universelle. Sa mémoire, ses mystères, son évolution passionnent.

Des professionnels et des experts en colorimétrie ont collecté durant plus de 30 ans un fonds spécialisé sur les industries chimiques de la couleur. 

L’association Albi Couleurs est aujourd’hui dépositaire de ce trésor exceptionnel qui se destine aux experts, chercheurs, étudiants, industriels, historiens, coloristes, designers et amoureux de la Couleur.

Une collection unique, hallucinante :

  • 2000 fascicules, revues et ouvrages spécialisés
  • 1500 publications
  • des affiches originales datées entre 1890 et 1960 dont beaucoup signées d’artistes
  • des plaques émaillées
  • des nuanciers
  • du matériel et des équipements industriels liés à la couleur, etc.

Albi Couleurs et l’AFTPVA ont le plaisir de présenter une infime partie de leur Collection.

Pour tout complément d’information : contact.albicouleurs@gmail.com

leur compte Instagram : https://www.instagram.com/albi.couleurs/

Visite à Bleu de Lectoure

Une nouvelle rencontre dans la grande famille du Bleu Pastel !

Dans les premiers jours de janvier, nous avons pris le chemin à travers les champs et le brouillard. En route vers le Gers.

C’est là qu’il y a juste un an nous avions commencé à filer notre fil bleu en rencontrant à Lectoure Denise Lambert.

Par ce matin d’hiver, en route cette fois pour faire la connaissance de Séverine, Cécile et Jean-Marie. Une jeune équipe installée à Lectoure depuis 2016, et qui à sa façon continue à tisser le bleu du pastel.

Cécile nous accueille et Séverine sort de l’atelier de teinture pour nous rejoindre, avec ses mains bleues… Nous leur parlons de notre projet Fil Bleu. En artisans passionnés elles sont vite conquises et nous entamons un vrai échange qui enrichit le projet de belles nouvelles idées.

Nous allons nous revoir très vite, avec Jean-Marie qui alors nous fera parcourir les champs de pastel en fleurs.

Nous reprenons la route vers Toulouse, sous un ciel bleu pastel.

Pour découvrir leur atelier-boutique :

http://www.bleu-de-lectoure.com